Nous sommes journalistes ,
décrypteurs des mondes de demain.

Crypto AG a espionné depuis la Suisse, elle n’est pas la seule

L’enquête parlementaire sur l’affaire Crypto montre que la Suisse a bénéficié de l’opération d’espionnage menée par l’entreprise zougoise. Nos recherches prouvent qu’elle n’était pas la seule société suisse à avoir été liée à certaines puissances étrangères. A l’instar d’Infoguard AG, société sœur de Crypto AG. Dans ses jeunes années, Infoguard a livré deux types de matériel à ses clients: l’un sécurisé et l’autre lisible pour le renseignement américain et allemand.

Le consensus, vrai mal des organisations?

On fustige la réunionite et le management pyramidal. Cible de nombreuses critiques, le monde de l’entreprise tente de se réinventer. Et si le véritable mal qui le touche se nichait dans cet art très helvétique qui vise à ménager la chèvre et le chou?

Le genre, défi numérique

Elles sont codeuses, ingénieures logiciels dans de grandes multinationales, graphistes ou artistes. Toutes portent un regard féministe sur l’évolution de notre société numérique de plus en plus fragmentée. De Lagos à La Nouvelle-Orléans en passant par Berlin, ces militantes dénoncent les biais de genre qui gangrènent les réseaux.

Face au numérique, les RH en quête d’humanité

Avec l’avènement du big data, la puissance analytique et prédictive des algorithmes répond aux nouvelles problématiques de ressources humaines des entreprises. Cette «robolution», contraction de robot et révolution, traduit l’ampleur du séisme numérique frappant la fonction depuis 2010. Mais sous couvert d’innovation, ne prend-elle pas le risque d’en oublier l’individu?

Netflix chamboule l’économie fragile des auteurs

Partout où elle produit, la plateforme dicte sa loi, du scénario à la réalisation en passant par la rédaction du contrat. Si les investissements de Netflix créent un appel d’air qui bouscule petit et grand écran, ils fragilisent aussi l’écosystème des créateurs, notamment par sa conception du droit d’auteur.

«Les fake news, c’est notre vache folle»

Pour contrer les algorithmes des réseaux sociaux qui nous enferment dans une «bulle de filtres», Benoît Raphaël élève des robots à reconnaître l’information de qualité. Ces intelligences artificielles pourraient bien servir de rempart aux «fake news», enjeu crucial de l’époque