Espionnage: sous la couverture suisse

En bref

Enclave mondiale de la diplomatie, Rolls Royce de l’économie, (ex)paradis fiscal, la Suisse a bâti sa réputation sur un double jeu subtil entre secret et ouverture

Véritable nid d’espions, elle a toujours su offrir la plus discrète des couvertures aux agents internationaux du renseignement. Elle n’a d’ailleurs jamais hésité à faire valser sa neutralité au gré de ses intérêts politiques, économiques et militaires pour entretenir cette idylle.

Mais à mesure que les scandales éclatent, le vernis s’effrite. Des accords confidentiels conclus en 1955 avec les services secrets américains, britanniques et allemands jusqu’aux débats actuels sur la surveillance des télécom- munications, le big data et le statut hégémonique des poids lourds américains de l’Internet, la Suisse joue un rôle clé sur ce grand échiquier. Comme dans sa contestation.

Note d’intention

Big data, cyberguerre, espionnage et surveil- lance. Autant de mots clés qui reflètent les en- jeux de notre époque connectée, mais dont la réalité nous échappe. Si Internet a permis de libérer la pa- role mondiale, il est avant tout une industrie florissante. La Suisse le sait ; plus qu’un outil de démocratisation, le réseau – et plus particulièrement sa surveillance – consti-tue un enjeu économique, sécuritaire, politique et militaire. Depuis les années 1950, le pays tient un rôle de premier plan dans cet écosystème.

«La Suisse sous couverture», c’est ensuite un projet national, en quatre langues, qui nous mène de Genève aux contreforts des Alpes uranaises en passant par Bruxelles et Washington. Car la Suisse ne serait rien sans ses liens d’intérêts économiques et politiques avec des puissances étrangères. C’est aussi une plongée dans les archives et la rencontre avec les acteurs d’aujourd’hui qui tirent les ficelles de cette industrie du renseignement depuis des décennies. Enfin, c’est le fruit de neuf ans de pré enquête qui dévoile les coulisses de ce marché florissant et questionne l’ambiguïté helvétique à l’heure où nos démocraties sont en péril.

Episode 01 «Agents infiltrés»

Le secret aura mis 40 ans avant d’éclater au visage de la Suisse. En 1955, les espions américains et l’entreprise suisse Crypto AG auraient conclu un accord confidentiel qui va mener à l’espionnage des communications de 130 pays. Des décennies durant, c’est toute une industrie suisse qui collabore dans le secret avec la bénédiction du Conseil fédéral, enterrant ainsi la neutralité du pays pour lui assurer une survie.

Arrestation, infiltration, pression… l’affaire Crypto AG est centrale : elle inaugure les nombreux partenariats conclus entre les fleurons de l’économie suisse et la NSA. Elle livre surtout un visage méconnu de la Suisse.

Episode 02 «Les grandes oreilles de la Confédération»

A Loèche, Swisscom et le Département fédéral de la défense gèrent depuis 1974 un parc d’antennes pour les communications satellitaires entre la Suisse et l’étranger.

Mais en l’an 2000, sous la houlette du conseiller fédéral Adolf Ogi, ce site stratégique pour le renseignement suisse est cédé à des entreprises privées américaines proches de la NSA. Il devient la porte d’entrée privilégiée de la NSA pour espionner les communications dans le monde entier.

Aujourd’hui, la saga sulfureuse des antennes de Loèche réhabilite un acteur central: Swisscom. A quel jeu joue la Suisse?

Episode 03 «Genève, ce nid d’espions»

Entre 2007 et 2009, l’ex-informaticien de la NSA Edward Snowden séjourne à Genève. Il y travaille sous couverture pour le compte de la mission diplomatique des Etats-Unis. Avec ses allures de forteresse et son personnel pléthorique, celle-ci est un point d’appui reconnu des services de renseignements américains. Mais la Cité de Calvin est bien plus que cela.

Des salons de l’ONU truffés de micros, des antennes camouflées dans les missions diplomatiques et des agents russes ou américains infiltrés partout… A Genève, le petit monde du renseignement grenouille discrètement et les espions chassent en meute.

  • Episode 04 «Le secret bunker suisse»

Achats en ligne, téléphonie mobile, réseaux sociaux, objets connectés… Le numérique est une révolution qui se résume en milliards de données personnelles. Une véritable mine d’or d’informations qu’il faut protéger des regards indiscrets. En Suisse par exemple.

Le pays avait tous les arguments pour devenir le coffre- fort numérique mondial. Mais sa législation déficiente sur la protection des données – elle date de 1992 – permet à des puissances étrangères d’accéder à informations sensibles. Dans ce dossier du «big data», c’est la souveraineté de la Confédération qui est en jeu.

  • Episode 05 «La crypto révolution»

Terre d’asile et de contestation, la Suisse a toujours bataillé pour le respect des droits humains. A l’ère numérique, elle devient le berceau d’une puissante mouvance underground de hackers et de militants de l’Internet libre. De Zurich à Berne, cette communauté débat, critique et nous alerte depuis des décennies sur les dérives de notre société technologique.

Elle sort aujourd’hui de l’anonymat afin de nous ouvrir les yeux sur les ambiguïtés de la Suisse. Face à Google et consorts, les craintes de ces hackers libertaires se confirment. En jeu? La démocratisation et la manipulation des consciences.

Alexandre Bugnon (société écran media), producteur et réalisateur | Mehdi Atmani (flypaper.ch), journaliste, auteur et producteur | Karim Merzoug (karim.merzoug.ch), graphiste, motion designer, producteur

Cette websérie est le fruit de la collaboration entre le producteur et réalisateur Alexandre Bugnon (Société Ecran), le journaliste Mehdi Atmani (flypaper) et le graphiste motion web designer Karim Merzoug. «La Suisse sous couverture» est coproduite avec le soutien de la Radio Télévision Suisse et Les Docs RTS.